LES  VENTES en cours
 

L'Hirondelle Grand-Leez

clôture internet le 21.02.2014

 
Accueil des novices
Promo des Jeunes
 
Infos et Réglements
La Frégate
Le Comité
 
Itinéraire 2014
 
Club de Fond Wallonie
Itinéraire 2014
 
Nouvelles des Sociétés
Les Amis Réunis Falisolle
La Tourterelle Givry
La Justice Sombreffe
 
Tous les résultats
 
 Résultats 2013
 
archives
 Résultats 2012
 Résultats 2011
 Résultats 2010
 Résultats 2009
(Inter) Nationaux 2007
(Inter) Nationaux 2008
(Inter) Nationaux 2009
Championnats 2004 > 2006
 
Agenda des manifestations
Annonces de ventes
Ventes au colombier
Pigeonneaux à vendre
Petites annonces
Offre/Demande Service
Le Courrier des lecteurs
Les Débats des lecteurs
Explosion 2: NEW

 

Pigeons égarés
 
R.F.C.B.
Liens
 
Colombophilie du Monde
 
Météo
Télétexte
Lâchers
 
Le coin du Véto
 
Inscription Newsletter
Livre d'Or
Nous contacter
 
Amateurs colombophiles Reportages & Résultats
Coups de Flash

 

  Allemeersch André Pottes

  Belliot Christian Missillac (Fr)

  Bonnejonne Geoffrey Velaine-s-S

  Burniat Boris  Ste-Marie/Semois

  Charles André  Lobbes

  De Coster Noé  Obaix

  Defoy Vincent Mabompré

  Degeest Daniel -Amay

  Deguillage André - Nieurlet (Fr)

  Delchambre  Denis Luttre

  Depasse-Lardenoye St-Amand

  Dereux Fabrice - Perwez

  Dermience Philippe -Rochefort

  D'Hondt Bernard - Malonne

  Dr Alain Delhove  - Marbais

  Ebroin Famille

  Favart Bernard Blaregnies

  Fontaine-Hanzen  Arlon

  Gadisseur Joël - Avin - 1  2

  Govaert Joseph - Wierde

  Guebs André - Longchamps

  Haquenne Lucien - St-Gérard

  Imbrecht Gh & Ph - Nivelles

  Jacquemotte Thierry - Lambermont

  Jordan-Kempeneers - Lincent

  Lacanne Léon - Thisnes

  Lemestre Daniel - Geer

  Lernout Henri - Pin-Izel

  Leroy Frères - Racour

  Nihoul Roland & Guy-Senzeille

  Pierre Roger   Pécrot 2008 2009

  Pilloy-Brughmans Sart-D-A     

  Reybroeck R & Zonen  Melsen   

  Semal A & O  - Tongrinne     

  Thibaut-Boons  Sombreffe

  Vanluyen Michel - Villers-l-Ville

  Vanvinckeroye Sim-Cras-Avernas

Autres reportages

Nous avons recherché pour vous   sur le Net des reportages de   qualité

+ de 1850 reportages disponibles

 - cliquez ci-dessous -

ily a quelques secondes d'attente pour  le chargement ...

  Aarden, ...., Bylau             A > B 

  Cadet, .., Duquesnoy            C > D

  Eenkoorn,.,Huyskens-Vanriel  E > H

  Igo, ..., Luypaerts                  I > L  

  Mack, ..., Pronk                    M > P

  Ramlot-Flament,. Uyttersprot R > U

  Vaes, ..., Vrösch-Meijers           V

  Waerniers,..., Zwols              W > Z

 
 
 
 
Canary Islands Breed Station

 

 

 

 
    
 

 

 

REBECCA & EMIEL DENYS

Racing pigeons

 

www.emieldenys.be

 

Jaap Van Alphen Kweekcentrum

 

www.janpolder.com

Allemeesch P. R. J.
 
 

 
 

 

 

Les dossiers du Dr JP STOSSKOPF

Dossier 023

MALADIE DES YEUX

 

Chaque saison, en particulier lorsque viennent les premières chaleurs, on trouve soudain au colombier, un pigeon‑souvent un pigeonneau ‑ avec l'oeil gonflé, larmoyant, purulent dès le lendemain. "Tiens, il a pris un coup de bec" dit l'amateur optimiste. Mais les jours suivants, d'autres cas apparaissent. Alors fini la thèse du coup de bec.

En fait, il s'agit du syndrome (c'est‑à‑dire un complexe atteignant une région et dont les causes sont multiples) "coryza".

Ce coryza sous ses diverses formes, plus ou moins nettes, plus ou moins aiguës, est la plaie moderne de la colombophilie. Une crise violente dans le colombier met les pigeons hors de combat pour 2 ou 3 semaines; l'existence d'un coryza chronique peu apparent rend tout résultat valable impossible, en particulier à bonne distance et par temps chaud.

La "maladie des yeux" est dont la forme aiguë de ce coryza. On sait que la région "nez ‑ gorge oreilles" est d'une extrême complexité anatomique: la bouche communique avec le nez par l'intermédiaire de la fente palatine, le nez communique avec l'oeil par l'intermédiaire des sinus et du canal lacrymal. Le tout avec les oreilles par les trompes d'Eustache.

Connaissant ces relations anatomiques, les choses vont devenir plus faciles à suivre. Premier responsable : le trichomonas. L'examen microscopique de la salive d'un "malade des yeux" montre qu'elle est bourrée de trichomonas. Il y en a en général plus que de salive. Ces parasites remontent peu à peu de la gorge, leur lieu de prolifération habituel, franchissent la fente palatine (qu'ils font se fermer par l'inflammation qu'ils provoquent) et gagnent les fosses nasales, les sinus. Même réaction inflammatoire des sinus, le canal lacrymal se ferme, les larmes ne s'évacuent plus par cette voie naturelle : le pigeon pleure.

Tous les êtres vivants sont porteurs de germes dits "saprophytes" qui vivent avec lui, dans différents lieux de son individu : colibacilles dans l'intestin, germes microbiens divers dans sa bouche, microbes et virus dans les fosses nasales, etc... Ces germes sont inoffensifs parce qu'ils sont tenus en respect par les réactions de défense de l'organisme, l'équilibre chimique du milieu, etc... Mais que cet équilibre se modifie, que les défenses organiques baissent, les hôtes inoffensifs deviennent virulents, dangereux. Et chose plus grave, cette virulence est transmissible, contagieuse. Sur un autre pigeon, ils seront capables aussi de créer des désordres même si le nouvel hôte a de bons moyens de défense. De là l'extension du mal, d'autant que les pigeons vivant dans le même local, connaissent en général les mêmes causes d'amoindrissement de leurs moyens de défense ; les pigeonneaux sont, de par leur âge, moins résistants. De plus, une équipe connaît les mêmes fatigues, la même nourriture, le même local (qui peut devenir un habitat médiocre dans certaines circonstances atmosphériques : chaleur : variation de la direction du vent ‑ variations hygrométriques sureffectifs).

Les germes devenus dangereux doivent évidemment être combattus. Les plus fréquents sont les staphylocoques blancs ou dorés (pas meilleurs pour autant) les entérocoques, les colibacilles, les klebsielles, les mocoplasmes. Enfin les travaux du Professeur VINDEVOGEL ont montré la fréquence d'un virus spécifique (herpès virus) associé. Cela fait beaucoup de monde. C'est dire que le traitement valable va devoir être très large.

 

En ce qui concerne l'herpès virus, on est actuellement désarmé contre lui. Une vaccination sera peut être possible dans quelques années mais le problème semble encore loin d'être résolu sur le plan de la médecine pratique.

 

II reste encore 6 germes différents ‑ au moins ‑ possibles et chaque souche a des sensibilités variables à tel ou tel antibiotique. On entend souvent un amateur dire à un autre "moi je mets tel produit dans l'eau, ça marche du tonnerre". Et l'autre d'essayer ‑ sans succès. Tout simplement parce que les germes de l'un sont sensibles à ce produit et ceux de l'autre pas. Le produit n'y est pour rien et sa qualité n'est pas en cause. Tout ce qu'on peut dire, c'est certains antibiotiques ou associations antibiotiques sont efficaces dans une majorité de cas et d'autres beaucoup moins souvent. Alors il faut d'abord employer les premiers et si ça ne suffit pas, en employer d'autres. On est condamné à jouer à la loterie. Seule une recherche bactériologique de laboratoire avec antibiogramme peut limiter les risques mais n'est cependant pas absolue pour des raisons toujours possibles de résultats fragmentaires ou d'emploi inadapté, (par exemple certains antibiotiques sont inefficaces par le bec).

 

Un certain nombre de règles dominent tout de même pour un traitement efficace : il comprendra obligatoirement un antitrichomonas. On y associera s'il le faut un traitement contre les autres parasites intestinaux dont on sait la colonie porteuse (un examen de fientes par le vétérinaire est toujours utile). L'administration d'antibiotiques efficaces par la seule eau de boisson est généralement insuffisante, même à haute dose et assez longtemps.

 

L'instillation de gouttes calmantes et désinfectantes 2 fois par jour aux "malades des yeux", dans les yeux et les narines est toujours recommandée. Mais l'éradication n'est vraiment obtenue que lorsque ce traitement général est complété par 2 piqûres d'antibiotiques actifs à 24 heures d'intervalle. Ce traitement (eau de boisson + piqûres) doit être fait à la totalité des pigeons, au moins du même colombier. Sinon les rechutes vont suivre, systématiquement, obligeant à de nouveaux traitements et aux pertes de temps consécutives. Tandis qu'un traitement complet rend énergiquement et avec logique ne provoquera qu'un arrêt d'un dimanche.

 

Bien sûr, il faudra modifier le colombier. C'est souvent le plus difficile car il faut avoir la notion de ce qui ne va pas de ce côté. Certains colombiers excellents par temps normal, deviennent insuffisants par grosse chaleur. Question de mouvement d'air souvent, celui‑ci étant assuré soit par le vent entrant par les aérations, soit par la différence de température entre le sol et le toit. Un vent qui tourne, une forte chaleur qui augmente les besoins respiratoires des pigeons, tout cela constitue la cause favorisante qui permet l'apparition aiguë. Le colombier modulable parfait n'est encore qu'un heureux hasard

 

  Dr Jean‑Pierre STOSSKOPF

Reproduction interdite sauf autorisation.

Retour au ' Coin du Véto'