LES  VENTES en cours
 

L'Hirondelle Grand-Leez

clôture internet le 21.02.2014

 
Accueil des novices
Promo des Jeunes
 
Infos et Réglements
La Frégate
Le Comité
 
Itinéraire 2014
 
Club de Fond Wallonie
Itinéraire 2014
 
Nouvelles des Sociétés
Les Amis Réunis Falisolle
La Tourterelle Givry
La Justice Sombreffe
 
Tous les résultats
 
 Résultats 2013
 
archives
 Résultats 2012
 Résultats 2011
 Résultats 2010
 Résultats 2009
(Inter) Nationaux 2007
(Inter) Nationaux 2008
(Inter) Nationaux 2009
Championnats 2004 > 2006
 
Agenda des manifestations
Annonces de ventes
Ventes au colombier
Pigeonneaux à vendre
Petites annonces
Offre/Demande Service
Le Courrier des lecteurs
Les Débats des lecteurs
Explosion 2: NEW

 

Pigeons égarés
 
R.F.C.B.
Liens
 
Colombophilie du Monde
 
Météo
Télétexte
Lâchers
 
Le coin du Véto
 
Inscription Newsletter
Livre d'Or
Nous contacter
 
Amateurs colombophiles Reportages & Résultats
Coups de Flash

 

  Allemeersch André Pottes

  Belliot Christian Missillac (Fr)

  Bonnejonne Geoffrey Velaine-s-S

  Burniat Boris  Ste-Marie/Semois

  Charles André  Lobbes

  De Coster Noé  Obaix

  Defoy Vincent Mabompré

  Degeest Daniel -Amay

  Deguillage André - Nieurlet (Fr)

  Delchambre  Denis Luttre

  Depasse-Lardenoye St-Amand

  Dereux Fabrice - Perwez

  Dermience Philippe -Rochefort

  D'Hondt Bernard - Malonne

  Dr Alain Delhove  - Marbais

  Ebroin Famille

  Favart Bernard Blaregnies

  Fontaine-Hanzen  Arlon

  Gadisseur Joël - Avin - 1  2

  Govaert Joseph - Wierde

  Guebs André - Longchamps

  Haquenne Lucien - St-Gérard

  Imbrecht Gh & Ph - Nivelles

  Jacquemotte Thierry - Lambermont

  Jordan-Kempeneers - Lincent

  Lacanne Léon - Thisnes

  Lemestre Daniel - Geer

  Lernout Henri - Pin-Izel

  Leroy Frères - Racour

  Nihoul Roland & Guy-Senzeille

  Pierre Roger   Pécrot 2008 2009

  Pilloy-Brughmans Sart-D-A     

  Reybroeck R & Zonen  Melsen   

  Semal A & O  - Tongrinne     

  Thibaut-Boons  Sombreffe

  Vanluyen Michel - Villers-l-Ville

  Vanvinckeroye Sim-Cras-Avernas

Autres reportages

Nous avons recherché pour vous   sur le Net des reportages de   qualité

+ de 1850 reportages disponibles

 - cliquez ci-dessous -

ily a quelques secondes d'attente pour  le chargement ...

  Aarden, ...., Bylau             A > B 

  Cadet, .., Duquesnoy            C > D

  Eenkoorn,.,Huyskens-Vanriel  E > H

  Igo, ..., Luypaerts                  I > L  

  Mack, ..., Pronk                    M > P

  Ramlot-Flament,. Uyttersprot R > U

  Vaes, ..., Vrösch-Meijers           V

  Waerniers,..., Zwols              W > Z

 
 
 
 
Canary Islands Breed Station

 

 

 

 
    
 

 

 

REBECCA & EMIEL DENYS

Racing pigeons

 

www.emieldenys.be

 

Jaap Van Alphen Kweekcentrum

 

www.janpolder.com

Allemeesch P. R. J.
 
 

 
 

 

 

Les dossiers du Dr JP STOSSKOPF

Dossier 019

LES PROBLEMES D'AERATION

 

Au fur et à mesure que se précisent les caractéristiques du colombier, c'est‑à‑dire dans lequel on fait des prix, l'importance d'une aération bien dosée se précise elle aussi. Un bon colombier c'est avant tout un compromis : clair sans trop de vitres à travers lesquelles le chaud ou le froid pénètrent facilement, sec sans que l'on s'y sente se dessécher, chaud sans que l'on y étouffe, même par temps caniculaire, aéré sans que cela influe trop sur la température qui y régne. Tout cela fait un ensemble de caractéristiques particulièrement étroites pour ne pas dire contradictoires. Si bien que lorsqu'un jeune amateur fait un colombier, le hasard, heureux ou malheureux, joue un grand rôle dans la qualité du local. Et c'est pourquoi j'ai toujours regretté et je regrette encore, qu'une initiative fédérale, française, étrangère ou mieux internationale, n'ait pas permis de mesurer grâce à des thermomètres, baromètres, hygromètres, anénomètres, enregistreurs, les caractéristiques de colombiers vedettes, où les prix se font en masse, à travers l'Europe. On dépense beaucoup plus d'argent pour des causes beaucoup moins digne d'intérêt.

La température et l'hygrométrie (c'est‑à‑dire le degré d'humidité) du colombier règlent le métabolisme du pigeon. Plus les besoins caloriques pour assurer la vie normale du pigeon seront faibles, plus le pigeon en disposera pour le travail musculaire. Mais si les calories usées à se réchauffer (à 40° Cl sont théoriquement les calories perdues, on ne conçoit pas la vie « dans du coton » qui n'obligerait le pigeon à aucune réaction de défense organique contre les stress de la vie quotidienne, même si l'amateur la lui assure confortable tout au long de la semaine. Ce qui compte, ce sont les conditions permanentes du séjour au colombier et non pas tel ou tel incident passager.

Parmi ceux ci, l'aération est le principal ‑ les besoins en air « propre » des oiseaux sont très importants. Ceux qui ont pu visiter les immenses poulaillers modernes, où vivent ensemble 10 ou 20 000 poules pondeuses, ont pu voir combien l'aération active y était continuelle, assurée par d'énormes ventilateurs qui le pompent au ras du sol, l'air vicié étant évacué par les fenêtres et les lanterneaux du toit. Les oiseaux y vivent dans un petit mouvement d'air permanent qui fait bouger sur eux‑mêmes, continuellement, les copeaux de la litière.

L'amateur vit ‑ on le lui rabache depuis ses débuts ‑ dans la hantise du courant d'air. II oublie que le pigeon qui vole, tout comme le cycliste, le motocycliste et même le coureur à pied, l'animal qui court, bref tout ce qui bouge à bonne vitesse, déplace de l'air donc vit dans un courant d'air. Et puis croit‑il le pigeon si bête de vivre dans un endroit du colombier où il se déplait sans en chercher un qui lui soit plus agréable ? si vous trouvez tous vos pigeons tassés dans un recoin, alors changez vos méthodes et votre aération en particulier. L'oxygène de l'air est un des facteurs de la vie ‑ il se fixe sur l'hémoglobine des globules rouges du sang ‑ et participe directement aux réactions de la contraction musculaire tout comme à ceux de la croissance et de la reconstitution musculaire. Donc directement ou indirectement, les chairs bleues c'est lui. Mais aussi les gaz délétères qui polluent fréquemment notre air, je connais un amateur ‑ petit cultivateur ‑ qui s'est mis à faire des prix quand il a vendu ses chevaux ; il avait fait son colombier au‑dessus de l'écurie. J'en ai connu un autre qui n'en a plus fait du jour où s'est ouverte une teinturerie dans la maison voisine. Je rencontre chaque année plusieurs amateurs qui ont déclenché un formidable coryza le jour où, sacrifiant au mythe de la désinfection chimique source de santé, ils ont pulvérisé ou appliqué dans le colombier un désinfectant à base de carbonyl, de crésyl, de phénol ou de formol, tous produits chimiques fortement irritants et agressivement odorants.

J'ai trop, dans ma carrière, parlé des relations du corysa et du manque de renouvellement d'air (donc de l'air vicié) pour ne pas préciser un point important de ce problème qui est le plus grand à mon sens de toute la colombophilie moderne. Ce n'est évidemment pas l'air vicié qui provoque le coryza directement. Mais les pigeons porteurs d'un « microbisme d'élevage » (évoqué il y a quelque temps) en particulier dans les sinus (du nez) bien anatomiquement très favorable, qui respirent à longueur de journée un air vicié ‑ et a fortiori irritant pour les premières voies respiratoires, voient leurs moyens de défense diminués donc le, microbisme favorisé. Ce n'est pas, je pense, le rôle et encore moins l'intérêt de l'amateur.

 L'aération se fait par des orifices situés à certains endroits du colombier : en façade, sous la trappe au ras du plancher, et au ras du toit, sur le toit par de petites cheminées, les ondes des tôles d'éternit ou tout simplement les interstices entre les tuiles. Elle s'aprécie en se matérialisant par la fumée d'une cigarette (elle doit monter doucement mais sûrement par les orifices du toit). Et aussi parce qu'un colombier bien aéré « ne sent pas le pigeon ». Ajoutons que j'ai vu aussi des colombiers faits dans d'anciennes chambres entièrement plâtrées, très bien aérés grâce à un ou deux extracteurs électriques comme on en met en ville dans les cuisines. Dans certains cas, c'est l'unique solution à une aération défectueuse.

 Dr Jean‑Pierre STOSSKOPF

Reproduction interdite sauf autorisation.

Retour au ' Coin du Véto'