LES  VENTES en cours
 

L'Hirondelle Grand-Leez

clôture internet le 21.02.2014

 
Accueil des novices
Promo des Jeunes
 
Infos et Réglements
La Frégate
Le Comité
 
Itinéraire 2014
 
Club de Fond Wallonie
Itinéraire 2014
 
Nouvelles des Sociétés
Les Amis Réunis Falisolle
La Tourterelle Givry
La Justice Sombreffe
 
Tous les résultats
 
 Résultats 2013
 
archives
 Résultats 2012
 Résultats 2011
 Résultats 2010
 Résultats 2009
(Inter) Nationaux 2007
(Inter) Nationaux 2008
(Inter) Nationaux 2009
Championnats 2004 > 2006
 
Agenda des manifestations
Annonces de ventes
Ventes au colombier
Pigeonneaux à vendre
Petites annonces
Offre/Demande Service
Le Courrier des lecteurs
Les Débats des lecteurs
Explosion 2: NEW

 

Pigeons égarés
 
R.F.C.B.
Liens
 
Colombophilie du Monde
 
Météo
Télétexte
Lâchers
 
Le coin du Véto
 
Inscription Newsletter
Livre d'Or
Nous contacter
 
Amateurs colombophiles Reportages & Résultats
Coups de Flash

 

  Allemeersch André Pottes

  Belliot Christian Missillac (Fr)

  Bonnejonne Geoffrey Velaine-s-S

  Burniat Boris  Ste-Marie/Semois

  Charles André  Lobbes

  De Coster Noé  Obaix

  Defoy Vincent Mabompré

  Degeest Daniel -Amay

  Deguillage André - Nieurlet (Fr)

  Delchambre  Denis Luttre

  Depasse-Lardenoye St-Amand

  Dereux Fabrice - Perwez

  Dermience Philippe -Rochefort

  D'Hondt Bernard - Malonne

  Dr Alain Delhove  - Marbais

  Ebroin Famille

  Favart Bernard Blaregnies

  Fontaine-Hanzen  Arlon

  Gadisseur Joël - Avin - 1  2

  Govaert Joseph - Wierde

  Guebs André - Longchamps

  Haquenne Lucien - St-Gérard

  Imbrecht Gh & Ph - Nivelles

  Jacquemotte Thierry - Lambermont

  Jordan-Kempeneers - Lincent

  Lacanne Léon - Thisnes

  Lemestre Daniel - Geer

  Lernout Henri - Pin-Izel

  Leroy Frères - Racour

  Nihoul Roland & Guy-Senzeille

  Pierre Roger   Pécrot 2008 2009

  Pilloy-Brughmans Sart-D-A     

  Reybroeck R & Zonen  Melsen   

  Semal A & O  - Tongrinne     

  Thibaut-Boons  Sombreffe

  Vanluyen Michel - Villers-l-Ville

  Vanvinckeroye Sim-Cras-Avernas

Autres reportages

Nous avons recherché pour vous   sur le Net des reportages de   qualité

+ de 1850 reportages disponibles

 - cliquez ci-dessous -

ily a quelques secondes d'attente pour  le chargement ...

  Aarden, ...., Bylau             A > B 

  Cadet, .., Duquesnoy            C > D

  Eenkoorn,.,Huyskens-Vanriel  E > H

  Igo, ..., Luypaerts                  I > L  

  Mack, ..., Pronk                    M > P

  Ramlot-Flament,. Uyttersprot R > U

  Vaes, ..., Vrösch-Meijers           V

  Waerniers,..., Zwols              W > Z

 
 
 
 
Canary Islands Breed Station

 

 

 

 
    
 

 

 

REBECCA & EMIEL DENYS

Racing pigeons

 

www.emieldenys.be

 

Jaap Van Alphen Kweekcentrum

 

www.janpolder.com

Allemeesch P. R. J.
 
 

 
 

 

 

Les dossiers du Dr JP STOSSKOPF

Dossier 013

 PASSER DES OEUFS

 

Tout le monde sait que la femelle pond deux veufs à 44 H d'intervalle. Le premier dans la soirée, le second le surlendemain au début de l'après‑midi.

Ces veufs seront couvés 17 à 18 jours (à partir de la ponte du 1a, veuf) et l'éclosion des 2 pipants aura lieu à quelques heures d'intervalle. Très rapidement les deux pipants qui pèsent 12 à 15 grs recevront de leurs père et mère, pour gavage, un « lait » (la 'pape') très riche en graisses et en protéines, mais ne contenant pas le moindre sucre ou amidon.

Analyse : Eau 70 à 80 % ‑ Protides 15 % ‑ Graisses 30 à 40 % ‑ Minéraux 5 à 6 % (dont 2,5 de Phosphore et 2 de calcium) ‑ Glucides 0

Ce lait est produit par des cellules de la paroi du jabot, tout à fait spécialisées, tout comme le tissu mammaire des femelles mammifères.

A partir du 88 jour de couvage, les cellules de la paroi du jabot s'hypertrophient, de nouveaux petits vaisseaux sanguins s'y développent, si bien que la paroi interne du jabot (du mâle et de la femelle) s'épaissit et se plisse (l'augmentation est de 1 à 20).

Le maximum de cette transformation est atteint au 18e jour du couvage. Lors de la naissance des pigeonneaux, les cellules produisent le lait dont nous avons vu plus haut la très grande valeur nutritive. De plus, ce lait est facilement digestible si bien que le pigeonneau grandit très vite, au point de doubler son poids de naissance en 48 H. C'est un record. Ajoutons que pour constituer ce lait, les parents prennent sur leurs réserves et que la ration quotidienne influe peu sur la composition du lait. Bien entendu, si la ration n'est pas équilibrée, l'éleveur devra ensuite reconstituer les réserves des parents. De plus, quand le pipant sera gavé à grains directement, sa croissance sera alors directement fonction de la ration dont il sera gavé.

Le déclenchement de la formation du lait de jabot est fonction de nombreux facteurs, hormonaux et nerveux.

Chez le mâle, dès le début de l'incubation, les testicules diminuent

fortement de volume (9/10). Pendant ce temps, commence l'évolution des glandes du jabot. Le testicule est au minimum vers le 9/10a jour d'incubation. II ne commencera à regrossir que quelques jours après la naissance des pigeonneaux. Chez la femelle il y a diminution de volume des ovocytes (qui donneront plus tard des neufs). Mais le déclenchement de la production du lait est sous la dépendance d'une hormone produite par la glande hypophyse (située sous le cerveau). Dans sa partie antérieure (on dit alors hormone antihypophysaire), hormone appelée 'prolactine' qui ne peut agir que si testicules et ovaire sont au repos. Ajoutons que les mouvements du pigeonneau dans l'œuf juste avant sa sortie, déclenchent la montée du lait. Un pigeon qui couve des veufs de plâtre n'a pas de montée de lait au 18e jour. Malgré la grande complexité de ce mécanisme, l'explication d'un certain nombre de faits pratiques et physiologiques en découle.

La différence de date entre les pontes de 2 couples dont on veut passer les neufs de l'un à l'autre est très faible : 48 H environ. En effet, si l'éclosion des neufs adoptés a lieu avant le 15/16e jour, les éleveurs sont physiologiquement pas prêts, la Sécrétion de prolactine n'étant pas encore suffisante et l'évolution de la paroi du jabot insuffisamment avancée.

Si les veufs adoptés ont été pondus plus tard (de 2/3 jours maximum) que les œufs du couple adopteur, on risque un abandon de nid. La paroi du jabot est prête à sécréter du lait, mais rien ne se déclenche faute de 'l'avertissement' du bêchage d'un œuf. Dès qu'un des 2 veufs est béché, le processus normal est enclenché.

L'éclosion d'œufs adoptés avant un délai de 15/16 jours depuis la ponte de la femelle adopteuse, n'est pas suivie de production de lait et les pigeonneaux nouveaux nés ne pourront être nourris.

Quoi faire alors ?

La première recommandation à faire à tous les amateurs, c'est de noter systématiquement la date de ponte du ter veuf de chaque couple. Se fier à sa mémoire ou improviser

(quand on vous offre des veufs par exemple) est un jeu aléatoire et décevant.

La 2e en ce qui concerne les éclosions 'trop tôt' est d'essayer de gagner du temps. On sait que le pigeonneau, à sa naissance, a encore, dans la région ombilicale un reste de 'jaune' qui ne disparaîtra, chez le jeune nourri dé sa naissance, qu'après 3 ou 4 jours. Il est évident que si le pipant ne reçoit pas de lait, il consommera ce reste de jaune, beaucoup plus vite et après... mourra de faim, sauf gavage au lait. Mais ce pipant de 12 à 15 grammes tenue à 38° environ sous sa mère adoptive, respirant etc va se déshydrater, et en mourir encore plus vite.

La première chose à 'faire s'il n'est pas gavé et de lui administrer matin et soir au moins 2 ou 3 centicubes de sérum physiologique tiède, dans le bec, profondément, au moyen d'une pipette ou d'un compte gouttes fin. Ainsi peut‑on espérer gagner un ou deux jours maximum en attendant le déclenchement de la sécrétion lactée. Lorsque les parents adoptifs doivent attendre 2/3 jours (maximum) la venue des pipants adoptés, on évite l'abandon en enfermant le couple à la case et au besoin, si la femelle est très attachée au nid, en enlevant le mâle pour 48 H, comme s'il était parti au concours.

Bien sûr, la solution rêvée serait d'avoir un lait de pigeon artificiel. A ma connaissance, les essais effectués ont été très rares et de toute façon des échecs. L'équilibre des acides aminés des protéines du lait est certainement le gros du problème. Encore un sujet de recherches en colombophilie.

  

Dr Jean‑Pierre STOSSKOPF

Reproduction interdite sauf autorisation.

Retour au ' Coin du Véto'