LES  VENTES en cours
 

L'Hirondelle Grand-Leez

clôture internet le 21.02.2014

 
Accueil des novices
Promo des Jeunes
 
Infos et Réglements
La Frégate
Le Comité
 
Itinéraire 2014
 
Club de Fond Wallonie
Itinéraire 2014
 
Nouvelles des Sociétés
Les Amis Réunis Falisolle
La Tourterelle Givry
La Justice Sombreffe
 
Tous les résultats
 
 Résultats 2013
 
archives
 Résultats 2012
 Résultats 2011
 Résultats 2010
 Résultats 2009
(Inter) Nationaux 2007
(Inter) Nationaux 2008
(Inter) Nationaux 2009
Championnats 2004 > 2006
 
Agenda des manifestations
Annonces de ventes
Ventes au colombier
Pigeonneaux à vendre
Petites annonces
Offre/Demande Service
Le Courrier des lecteurs
Les Débats des lecteurs
Explosion 2: NEW

 

Pigeons égarés
 
R.F.C.B.
Liens
 
Colombophilie du Monde
 
Météo
Télétexte
Lâchers
 
Le coin du Véto
 
Inscription Newsletter
Livre d'Or
Nous contacter
 
Amateurs colombophiles Reportages & Résultats
Coups de Flash

 

  Allemeersch André Pottes

  Belliot Christian Missillac (Fr)

  Bonnejonne Geoffrey Velaine-s-S

  Burniat Boris  Ste-Marie/Semois

  Charles André  Lobbes

  De Coster Noé  Obaix

  Defoy Vincent Mabompré

  Degeest Daniel -Amay

  Deguillage André - Nieurlet (Fr)

  Delchambre  Denis Luttre

  Depasse-Lardenoye St-Amand

  Dereux Fabrice - Perwez

  Dermience Philippe -Rochefort

  D'Hondt Bernard - Malonne

  Dr Alain Delhove  - Marbais

  Ebroin Famille

  Favart Bernard Blaregnies

  Fontaine-Hanzen  Arlon

  Gadisseur Joël - Avin - 1  2

  Govaert Joseph - Wierde

  Guebs André - Longchamps

  Haquenne Lucien - St-Gérard

  Imbrecht Gh & Ph - Nivelles

  Jacquemotte Thierry - Lambermont

  Jordan-Kempeneers - Lincent

  Lacanne Léon - Thisnes

  Lemestre Daniel - Geer

  Lernout Henri - Pin-Izel

  Leroy Frères - Racour

  Nihoul Roland & Guy-Senzeille

  Pierre Roger   Pécrot 2008 2009

  Pilloy-Brughmans Sart-D-A     

  Reybroeck R & Zonen  Melsen   

  Semal A & O  - Tongrinne     

  Thibaut-Boons  Sombreffe

  Vanluyen Michel - Villers-l-Ville

  Vanvinckeroye Sim-Cras-Avernas

Autres reportages

Nous avons recherché pour vous   sur le Net des reportages de   qualité

+ de 1850 reportages disponibles

 - cliquez ci-dessous -

ily a quelques secondes d'attente pour  le chargement ...

  Aarden, ...., Bylau             A > B 

  Cadet, .., Duquesnoy            C > D

  Eenkoorn,.,Huyskens-Vanriel  E > H

  Igo, ..., Luypaerts                  I > L  

  Mack, ..., Pronk                    M > P

  Ramlot-Flament,. Uyttersprot R > U

  Vaes, ..., Vrösch-Meijers           V

  Waerniers,..., Zwols              W > Z

 
 
 
 
Canary Islands Breed Station

 

 

 

 
    
 

 

 

REBECCA & EMIEL DENYS

Racing pigeons

 

www.emieldenys.be

 

Jaap Van Alphen Kweekcentrum

 

www.janpolder.com

Allemeesch P. R. J.
 
 

 
 

 

 

Les dossiers du Dr JP STOSSKOPF

Dossier 011

LES  DIARRHEES  AU  PLATEAU

 

Lors de l'élevage, il est fréquent que des pipants d'une dizaine de jours se mettent à émettre des fientes extrêmement liquides qu'ils expédient à 20 cm tout autour du plateau. Et l'amateur de se lamenter, au besoin de tuer tous ces pigeonneaux diarrhéiques, uniquement sur ce symptôme.

Tous les copains s'en mêlent, chacun ayant son interprétation plus ou moins alarmiste.

Essayons d'y voir clair.

Premier examen indispensable ces pipants maigrissent‑ils avec cette   diarrhée ? II est évident que si leurs parents les gavent avec beaucoup d'eau, il faut bien qu'ils la rejettent : inondation autour des plateaux. Si cette eau en excès est chargée de toxiques (engrais par exemple) le foie, les reins, l'intestin vont être atteints par le poison et leur mauvais fonctionnement va bien vite provoquer un amaigrissement par mauvaise assimilation, mauvaise élimination des déchets, manque d'appétit. Les parents eux-mêmes vont "marquer le coup" et présenter de la diarrhée, des chairs bleues, de la tristesse. Et généralement cela prend d'un seul coup plusieurs pigeons, mâles ou femelle de chaque couple selon l'heure où l'empoisonnement a eu lieu : l'autre était sur ses jeunes. Ce n'est pratiquement jamais un accident qui touche toute la colonie en même temps.

Par contre, la coccidiose provoque à partir de l'âge de 7‑8 jours un amaigrissement rapide des pigeonneaux, avec diarrhée intense, piaillements, mauvais plumage des pipants et état médiocre de tous les éleveurs d'un même colombier.

Ce parasitisme est chronique chez les adultes, mais devient aigu chez les pigeonneaux comme il est fréquent en matière de maladies contagieuses. Vers l'âge de 15 jours, les pipants ont un bréchet « en lame de couteau », le plumage sec, terne, sale, les pattes décharnées. Non seulement l'élimination de ces pipants doit être immédiate parce que leur intestin, leur foie, leurs reins sont définitivement dégradés par ce parasitisme intense, mais encore le traitement des parents s'impose par les sulfamides anticoccidiens en traitement 3‑3‑2 (on n'a pas trouvé plus efficace) avec plusieurs rappels à 15 jours d'intervalle, assorti de la révision totale de la

conception du colombier et sa désinfection minutieuse par la forte chaleur (lampe à souder, pistolet à air chaud) étant entendu qu'aucun produit chimique n'est actif sur les oocystes de coccidies qui restent par millions sur le sol du colombier infecté.

ATTENTION A LA COCCIDIOSE

De nos jours, on peut dire que la coccidiose est un parasitisme des colombiers mal conçus. La maturation sur le sol des oocystes rejetés dans les fientes (même grattées chaque jour, il en reste toujours) est d'autant plus rapide que le colombier est mal aéré car l'humidité y stagne. Dans les « colombiers à coccidiose » (on peut les appeler ainsi), il faut impérativement améliorer l'aération. On connaît le test que je préconise et qui vaut autant pour la coccidiose ou les vers que pour les affections respiratoires qui éliminent tant de colonies chaque été

une fumée (cigarette par exemple) doit être éliminée par le toit en moins de 2 minutes quel que soit le temps (direction du vent ‑température ‑ pluie ou non ‑ etc.). A défaut de cela, la rechute sera automatique et la médiocrité chronique car les voyageurs souffriront de ce parasitisme (aggravé surtout de la trichomonose) pendant la saison sportive et ne connaîtront jamais la grande forme.

On sait que la naissance des pigeonneaux correspond à une véritable fringale de grit et de minéraux chez leurs parents. Ces grits et minéraux contiennent de 0,5 à 3 % de sel de cuisine. Cette dose est excellente (même à 3 %) en période normale, avec une consommation régulière et peu importante. Si cette consommation est brusquement multipliée, on arrive à une dose excessive de sel

cela provoque une soif intense, consommation énorme d'eau dont les pipants sont gavés. L'eau doit bien sûr être rejetée : c'est l'inondation autour du plateau. Mais il ne s'agit en aucun cas, sauf prolongation irrationnelle provoquant une atteinte rénale qui serait grave, d'une intoxication. L'enlèvement du bac de grit ou de poudre minérale responsable provoque la disparition immédiate de cette diarrhée. On reconnaît cet incident tout simplement parce que malgré cette formidable diarrhée, il n'y a pas d'amaigrissement des pigeonneaux qui restent ronds et gais au plateau.

II est courant d'entendre un amateur dire que pour couper cette diarrhée, il a enlevé l'abreuvoir. Une fois de plus, on confond ainsi la cause et l'effet. La diarrhée n'est que l'effet soit d'une inflammation intestinale (parasitaire ou toxique), soit d'un déséquilibre alimentaire et physiologique (excès de sel dans le sang dont il faut rétablir la teneur normale ‑ 9 pour 1000 ‑ par apport d'eau non salée). L'inflammation est une réaction de défense de l'organisme marquée par un afflux de sang et de globules blancs, de défense donc, au niveau de l'organisme malade. L'eau absorbée en excès est un moyen de diminuer l'effet inflammatoire. Dans l'autre cas, c'est le moyen de rétablir la teneur normale du sang en sel. Supprimer l'eau aux pigeons est donc une aberration complète. Ce qu'il faut, c'est supprimer la cause donc contre la coccidiose employer très vite un anticoccidien efficace, contre un éventuel empoisonnement les moyens d'en limiter les effets nocifs sur le foie, les reins, l'intestin ; contre l'excès de sel... l'enlèvement du composé minéral momentanément consommé en excès.

II est courant d'entendre un amateur dire que pour couper cette diarrhée, il a enlevé l'abreuvoir. Une fois de plus, on confond ainsi la cause et l'effet. La diarrhée n'est que l'effet soit d'une inflammation intestinale (parasitaire ou toxique), soit d'un déséquilibre alimentaire et physiologique (excès de sel dans le sang dont il faut rétablir la teneur normale ‑ 9 pour 1000 ‑ par apport d'eau non salée). L'inflammation est une réaction de défense de l'organisme marquée par un afflux de sang et de globules blancs, de défense donc, au niveau de l'organisme malade. L'eau absorbée en excès est un moyen de diminuer l'effet inflammatoire. Dans l'autre cas, c'est le moyen de rétablir la teneur normale du sang en sel. Supprimer l'eau aux pigeons est donc une aberration complète. Ce qu'il faut, c'est supprimer la cause donc contre la coccidiose employer très vite un anticoccidien efficace, contre un éventuel empoisonnement les moyens d'en limiter les effets nocifs sur le foie, les reins, l'intestin ; contre l'excès de sel... l'enlèvement du composé minéral momentanément consommé en excès.

 

Dr Jean‑Pierre STOSSKOPF

 

Reproduction interdite sauf autorisation.

Retour au ' Coin du Véto'