LES  VENTES en cours
 

L'Hirondelle Grand-Leez

clôture internet le 21.02.2014

 
Accueil des novices
Promo des Jeunes
 
Infos et Réglements
La Frégate
Le Comité
 
Itinéraire 2014
 
Club de Fond Wallonie
Itinéraire 2014
 
Nouvelles des Sociétés
Les Amis Réunis Falisolle
La Tourterelle Givry
La Justice Sombreffe
 
Tous les résultats
 
 Résultats 2013
 
archives
 Résultats 2012
 Résultats 2011
 Résultats 2010
 Résultats 2009
(Inter) Nationaux 2007
(Inter) Nationaux 2008
(Inter) Nationaux 2009
Championnats 2004 > 2006
 
Agenda des manifestations
Annonces de ventes
Ventes au colombier
Pigeonneaux à vendre
Petites annonces
Offre/Demande Service
Le Courrier des lecteurs
Les Débats des lecteurs
Explosion 2: NEW

 

Pigeons égarés
 
R.F.C.B.
Liens
 
Colombophilie du Monde
 
Météo
Télétexte
Lâchers
 
Le coin du Véto
 
Inscription Newsletter
Livre d'Or
Nous contacter
 
Amateurs colombophiles Reportages & Résultats
Coups de Flash

 

  Allemeersch André Pottes

  Belliot Christian Missillac (Fr)

  Bonnejonne Geoffrey Velaine-s-S

  Burniat Boris  Ste-Marie/Semois

  Charles André  Lobbes

  De Coster Noé  Obaix

  Defoy Vincent Mabompré

  Degeest Daniel -Amay

  Deguillage André - Nieurlet (Fr)

  Delchambre  Denis Luttre

  Depasse-Lardenoye St-Amand

  Dereux Fabrice - Perwez

  Dermience Philippe -Rochefort

  D'Hondt Bernard - Malonne

  Dr Alain Delhove  - Marbais

  Ebroin Famille

  Favart Bernard Blaregnies

  Fontaine-Hanzen  Arlon

  Gadisseur Joël - Avin - 1  2

  Govaert Joseph - Wierde

  Guebs André - Longchamps

  Haquenne Lucien - St-Gérard

  Imbrecht Gh & Ph - Nivelles

  Jacquemotte Thierry - Lambermont

  Jordan-Kempeneers - Lincent

  Lacanne Léon - Thisnes

  Lemestre Daniel - Geer

  Lernout Henri - Pin-Izel

  Leroy Frères - Racour

  Nihoul Roland & Guy-Senzeille

  Pierre Roger   Pécrot 2008 2009

  Pilloy-Brughmans Sart-D-A     

  Reybroeck R & Zonen  Melsen   

  Semal A & O  - Tongrinne     

  Thibaut-Boons  Sombreffe

  Vanluyen Michel - Villers-l-Ville

  Vanvinckeroye Sim-Cras-Avernas

Autres reportages

Nous avons recherché pour vous   sur le Net des reportages de   qualité

+ de 1850 reportages disponibles

 - cliquez ci-dessous -

ily a quelques secondes d'attente pour  le chargement ...

  Aarden, ...., Bylau             A > B 

  Cadet, .., Duquesnoy            C > D

  Eenkoorn,.,Huyskens-Vanriel  E > H

  Igo, ..., Luypaerts                  I > L  

  Mack, ..., Pronk                    M > P

  Ramlot-Flament,. Uyttersprot R > U

  Vaes, ..., Vrösch-Meijers           V

  Waerniers,..., Zwols              W > Z

 
 
 
 
Canary Islands Breed Station

 

 

 

 
    
 

 

 

REBECCA & EMIEL DENYS

Racing pigeons

 

www.emieldenys.be

 

Jaap Van Alphen Kweekcentrum

 

www.janpolder.com

Allemeesch P. R. J.
 
 

 
 

 

 

Les dossiers du Dr JP STOSSKOPF

Dossier 003

L'ALIMENTATION

 

La façon de nourrir est, apprennent les débutants, « tout un art ».

Il est de fait que ce qu'ils entendent est tellement varié, opposé, farfelu quelquefois qu'ils en arrivent à penser que c'est à coup sûr une histoire bien compliquée.

En fait, le bon sens doit présider à ces problèmes d'alimentation.

Voyons tout d'abord les problèmes de quantité. Certains disent : « Je compte les grains à mes pigeons, toujours sur une pointe de faim ». D'autres et non des moindres

«Moi, mes veufs ont à manger à volonté. Le soir, j'enlève ce qui reste et le jette aux poules ».Alors, qui croire ? Y a‑t‑il donc deux sortes de pigeons : des goulus et des "raisonnables " ?

Quelques observations à priori. On conçoit plus la limitation de la nourriture à un pigeon de vitesse dont le travail hebdomadaire est bref, qu'à un pigeon de fond. Il importe donc de connaître la spécialité de l'amateur qui vous donne des conseils.

On sait combien nous accordons tous un grand intérêt aux volées de nos veufs. Or, selon que la colonie est en bonne santé ou non, ces volées durent entre 45 et 10 minutes. Si c'est la catastrophe, c'est deux minutes, la grande forme c'est 1 heure ou plus. Donc un veuf qui « ne vole pas » fait 3 à 4 km par jour, un qui tient la grande forme en vole 120 ou plus. Si on donne à manger à volonté au premier, il est obèse en quelques jours let alors il vole encore moins) tandis que l'autre « brille » sans difficultés ses excès de graines et par son ardeur à voler ne risque pas l'obésité. C'est donc l'exercice spontané (ou forcé si vous êtes un adepte des volées forcées) qui doit régler la ration et non le contraire, l'amateur espérant qu'en distribuant plus et mieux (les petites graines) ses pigeons vont mieux tenir la volée. Ces pigeons qui n'ont pas envie de voler, ce sont d'abord ces « respiratoires », éternuant, gonflant le cou, tombant au toit le bec ouvert après quelques tours au ras des toits, la fente palatine fermée et l'oeil humide. A ceux‑là, en plus du traitement d'urgence, il faut une ration strictement pesée de manière qu'ils n'ajoutent pas l'obésité à leur infirmité respiratoire. Sinon quand l'une sera éliminée, il faudra s'attaquer à l'autre. Quelques entraînements quotidiens à 60 km sont un excellent moyen de lutte contre le poids excessif et la graisse. Ne voit‑on pas des amateurs qui en ont la possibilité, remplacer la volée des veufs par un coup de panier à 50‑fi0 km tous les matins. Et cela semble leur réussir.

Puisque nous parlons graisse, évoquons un peu l'utilisation de la ration et la logique de la reconstitution des réserves. Tout organisme contient un minimum de graisses qui font office de matelas de protection autour des vaisseaux et des nerfs, autour du coeur, etc... La disparition de ces derniers amas marque le plus extrême dénuement physique. Les graisses de l'organisme sont le produit de l'assimilation des hydrates de carbone (sucres, amidon, etc ...) et des graisses. Lorsqu'il reconstitue ses réserves énergétiques après un effort soutenu, le pigeon « fait » d'abord du glycogène (sucre de réserve) dans son foie et ses muscles. C'est pourquoi, il faut d'abord refaire les muscles du pigeon (en donnant en début de semaine des légumineuses riches en protéines, source de muscle) puis charger ces muscles en glycogène, et non donner beaucoup de céréales (sources d'énergie) en début de semaine alors que la masse musculaire partiellement consommée au cours des voyages précédents n'a pas été reconstituée. On amène du combustible alors que l'endroit pour le stocker n'est pas prêt. Donc, dés le mardi, donnez des pois et des féveroles, puis des céréales en majorité et de plus en plus, en fin de semaine. D'ailleurs, n'avez‑vous pas remarqué que les veufs boudent les féveroles en fin de semaine ?

N'achevons pas cette promenade dans l'alimentation du pigeon sans évoquer très rapidement le rôle des vitamines dans l'utilisation de la ration. Certes, ce sont des produits naturels qu'on trouve en abondance dans les graines. Si ces graines sont un peu vieilles, la teneur vitaminique y a fortement baissé. Si elles ont été séchées artificiellement, il en est de même (je pense par exemple au maïs séché à l'air chaud où vitamines A et E, groupe B, ont été très fortement diminué). Autre aspect du problème :l'effort musculaire est un « mangeur de vitamines u. Si une ration convenable apporte la plupart des vitamines nécessaires à un pigeon sédentaire, un pigeon soumis aux rudes efforts d'un vol prolongé aura besoin d'un supplément vitaminique. Troisième aspect du problème : l'apport régulier de vitamines, même si elles sont éliminées très vite par le rein, crée dans le sang et les organes qu'il irrigue les conditions nécessaires à un stockage plus important de réserves (musculaires‑énergétiques). De même, elles ne permettent l'utilisation optimale lors du vol de retour.

Voilà la raison d'être des apports vitaminiques supplémentaires chez nos pigeons de voyage.

 

J.P. STOSSKOPF

 

Reproduction interdite sauf autorisation.

Retour au ' Coin du Véto'